Une journée au Championnat de France du semi des Sables d’Olonne

par | 22 Sep 2021

Voici les témoignages de nos participants au Championnat de France de Semi marathon des Sables d’Olonne. Sylvie et Hervé Cazelles – Cécile Lennoz – Antoine Passat – Julien Guyod – Photos: La rédaction – La Team RunSpirit.fr    

Le Championnat de France du Semi des Sables d’Olonne avec Antoine Passat

Ce dimanche 19 septembre avait lieu le Championnat de France de semi-marathon. N’ayant pas eu l’honneur d’être qualifié pour cette épreuve, j’ai néanmoins participé à l’open qui se déroulait en même temps, nous partions juste derrière les qualifiés. Le soleil était au rendez-vous mais le départ à 10h15 nous a permis de ne pas trop souffrir de la chaleur.

C’est plus le vent, qui s’est levé à mi-course, qui a été le plus handicapant. Le tracé de la course est très agréable avec une majorité du circuit en bord de mer, ce qui permet d’admirer les surfeurs encore nombreux à cette époque. Le public était venu en nombre pour nous encourager tout au long du parcours et l’arrivée dans le stade apportait un surplus de ferveur populaire qui nous manquait depuis plus d’un an.

Niveau chrono, je réalise le même temps qu’à Paris il y a quinze jours, parcours à mon sens plus roulant aux Sables mais avec une difficulté qui peut être fluctuante selon la force et l’orientation du vent. En synthèse, une organisation au Top, un parcours très agréable et une vraie fête du sport dans une ville qui ne fait pas qu’héberger le départ du Vendée Globe.

Christian Moreau le grand animateur du micro des Sables d’Olonne

Les sables dOlonnes 2021 1

Le Championnat de France du Semi des Sables d’Olonne avec Sylvie Cazelles

Nous arrivons vendredi aux Sables d’Olonne une commune vendéenne que nous ne connaissons pas où se déroule le championnat de France du semi-marathon pour participer à la course open.

Hervé et moi sommes invités par le fondateur du magazine digital Running4all devenu depuis peu RunSpirit.fr ainsi que par l’organisation qui généreusement nous a offert les dossards.

Samedi matin nous nous rendons au Tennis Club Sablais afin de retirer nos dossards. Nous ressentons déjà sur le visage des futurs coureurs une joie profonde de pouvoir enfin participer à une course.

Nous sommes fin prêts le matin de la course et arrivons en avance pour découvrir les premiers qui franchissent la ligne d’arrivée du 10 km. Nous avons beaucoup de chance il fait beau alors que de grosses averses sont tombées les deux nuits précédentes.

Le départ est donné à 10h15 et je laisse filer Hervé et Isabelle de notre club l’AJA Marathon d’Auxerre que nous avons retrouvé dans le SAS du départ.

 

Les sables dOlonnes 2021 6 scaled
Le parcours se compose de trois boucles dont quelques montées. Mon allure doit être moins rapide que d’habitude m’étant blessée au tendon l’été dernier lors d’une randonnée dans les Alpes. Chaque fin de boucle est composée d’un faux-plat montant. Je dois faire attention et m’économiser.

Un bon vent de face est présent au départ en longeant la plage du Remblai. Ce vent de face me fera front au passage de la 2ème et de la 3ème boucle. Je croise Hervé qui sourit et je le prends en photo me permettant une pose supplémentaire pour reposer mon tendon.

Je suis dans ma course, je prends des photos, je m’arrête à chaque ravitaillement et au 8ème km les klaxons des ouvreurs nous demandent de laisser passer une fusée. C’est le premier ! J’immortalise notre rencontre en le prenant en photo.

Les encouragements des nombreux spectateurs font plaisir. J’entends dans la sono le long du parcours l’hymne national. Cela doit être le podium des vainqueurs alors qu’il me reste encore une douzaine de km.

Les nombreux bénévoles sont aux petits soins pour nous. Ils nous tendent les verres d’eau et nous encouragent. J’’encourage aussi des coureurs qui marchent et souffrent de ce vent de face qui nous assèche. Là encore, les organisateurs ont tout prévu. Des ravitaillements tous les 5 km que j’apprécie fortement.

A un peu plus que la mi-parcours mon tendon me rappelle à l’ordre et je dois ralentir. C’est ainsi que je cours la 3ème boucle en m’arrêtant un peu plus longtemps aux ravitaillements et en marchant sur le dernier faux-plat.

La fin est un peu difficile et dans ma tête trottine encore mon abandon au marathon du Grésivaudan au mois de juin dernier. J’irai jusqu’au bout je n’abandonnerai pas !

Quelques hectomètres avant l’arrivée j’aperçois Bruno qui est accompagné de Léonie sa fille. Elle se met à courir et m’accompagne en m’encourageant. Les bénévoles nous laissent rentrer toutes les deux pour effectuer le tour de piste dans le stade. C’est main dans la main que nous franchissons la ligne d’arrivée. Merci à toi Léonie, la relève est bien assurée !

Quelques minutes après mon arrivée, le couple de jeunes coureurs que j’ai encouragé plusieurs fois passent la ligne. Le jeune homme m’interpelle en me remerciant et me demande mon âge. Il est impressionné et rajoute qu’il aimerait courir comme moi lorsqu’il aura atteint le mien. C’est très touchant !

 

Les sables dOlonnes 2021 7 scaled

Le Championnat de France du Semi des Sables d’Olonne avec Cécile Lennoz

En ce week end du 18-19 Septembre, je me suis rendue dans la commune vendéenne des Sables d’Olonne, je ne suis pas une habituée de la Vendée et c’était ma 1ere venue dans cette ville de la côte atlantique

Ce fut une belle découverte que cette ville qui malgré ses nombreuses infrastructures et grands immeubles recèle un charme et une vraie histoire avec notamment plusieurs musées (du coquillage, des traditions populaires), des monuments historiques et surtout qui est tournée vers la mer par ses 3 ports : port de pêche artisanale, port de commerce et port de plaisance.

Je ne suis pourtant pas venue aux Sables pour faire du tourisme mais parce que j’ai eu la chance d’y être conviée par Bruno, du site Running4all qui vient d’évoluer pour devenir runspirit.fr, car ce week end la ville accueillait les plus grosses pointures de la course à pied française en organisant les championnats de France de semi-marathon.

En parallèle de ce championnat de France se tenait un 10Km qui partait à 8h45 le dimanche matin et un semi-marathon « open » pour ne pas dire « populaire » qui s’élançait en même temps que le championnat à 10h15.

IMG 5087
En ce dimanche matin le ciel est mitigé et le vent commence à s’éveiller quand l’échauffement commence, le soleil ne va pas tarder à pointer le bout de son nez pour nous accompagner.  La course open démarre dans les sas derrière les coureurs élites et le départ est un peu dense mais la bonne humeur, le fair-play des gens est au rendez-vous pour cette reprise des compétitions. On a la sensation que tout le monde est conscient de la chance de pouvoir enfin remettre un dossard.

Le parcours est varié, composé de 3 boucles différentes dans leur longueur qui permettent d’apprécier à la fois le charme du remblai, en passant par la côte sauvage et en allant jusqu’ aux Atlantes (la salle des congrès de la ville qu’on distingue de loin par son architecture imposante et moderne) mais également en profitant de passages dans les rues de la ville et les petits lotissements.

 

IMG 5065
Le parcours n’est pas roulant et il ne faut pas choisir cette course pour faire « un chrono » car il est jalonné de petites côtes, de faux plats et surtout il est agrémenté de vent que nous avons eu la chance d’avoir de face en bord de mer.

Il faut choisir cette course car ce parcours est agréable par sa variété mais surtout de par une organisation rondement menée, par des bénévoles au top et surtout on est portés par des spectateurs venus en masse. Il n’y a pas un mètre du parcours où les encouragements font défaut. On voit tout de suite que cette ville a l’habitude d’accueillir de nombreuses manifestations dont le célèbre Vendée Globe.

Une fois, l’arrivée atteinte, on est frappé par le plaisir de tous d’avoir non seulement établi une performance à la hauteur de ses capacités mais dans le sourire des concurrents on ressent le plaisir d’avoir couru cette épreuve portée par une belle organisation, un parcours agréable, des spectateurs rodés et motivants.

Le Championnat de France du Semi des Sables d’Olonne avec Hervé Cazelles

Nous voici aux Sables d’Olonne ce week-end Sylvie et moi pour courir ce semi en open étant le support au championnat de France dans cette belle ville balnéaire. Bruno Barré fondateur du magazine numérique Running4all et maintenant RunSpirit.fr nous a fait l’honneur de nous inviter en association avec l’Organisation – merci à lui et à Michel co-directeur de la course.

Nous nous retrouvons samedi matin au retrait des dossards. Le temps est au beau et c’est agréable de retrouver l’ambiance de l’avant course.

Le lendemain avec un beau temps ensoleillé, nous sommes prêts. Dans l’attente du départ prévu à 10h15 nous assistons au 10 km qui précède notre course.

Le peloton est important avec quelques 2800 inscrits. Top départ pour 3 boucles qui longeront principalement le Remblai qui borde l’océan. Les habitudes perdues d’avant Covid reviennent très vite ; ne pas partir trop vite, faire attention aux croche-pattes, aux coureurs qui slaloment et à ceux qui ne sont pas dans les mêmes allures ! C’est ça le peloton et la course. Nous l’avions presque oublié après plusieurs mois de disette sportive.

IMG 5070
Après deux marathons courus l’été dernier, quelques soucis de genou et une préparation très ‘’light’’, je dois mettre le frein. C’est sans pression que je cours. J’écoute le speaker qui commente la tête de course, je regarde les belles maisons qui longent le quartier au sud du lac et le bord de mer. C’est très beau ! Les spectateurs sont au rendez-vous et ils nous encouragent avec ferveur. Je croise les coureuses de l’AJA marathon notre club d’Auxerre, elles sont bien parties et réaliseront de belles performances. Bravo à elles !

Passé le 10ème km, les sensations sont bonnes et j’accélère un peu. Je croise Sylvie qui me prend en photo. Elle court également pour le plaisir, à la sensation, comme on dit !

Le parcours est parsemé de quelques faux-plats montants mais aussi descendants avec des relances. Il n’est pas aussi facile que cela et surtout avec un vent assez présent qui nous rafraîchit mais aussi nous use quelque peu quand il est de face.

Je cours les trois derniers kilomètres en accélérant progressivement malgré la douleur au genou que je ressens et qui me gêne à chaque appui. Ce n’est pas grave, je peux courir et j’en suis complétement satisfait. Les spectateurs sont de plus en plus nombreux au fur et à mesure que nous approchons du stade.

L’arrivée se déroule en faisant un tour de cette belle enceinte. Cerise sur le gâteau, je termine les derniers cent mètres en écoutant l’hymne national et je passe devant le podium avec les 3 premiers qui se tiennent bien droit avec leur bouquet et leur médaille. Je termine sous les deux heures avec de bonnes sensations et le plaisir d’avoir couru cette belle course.

Merci à l’organisation, aux bénévoles et à Bruno qui nous a ‘’mitonné’’ ce beau week-end rempli de joie et de bons moments passés avec son épouse et leur fille qui a terminé avec Sylvie. Une future championne !

 

 

IMG 5062 rotated

Le Championnat de France du Semi des Sables d’Olonne avec Julien Guyod

Veille de départ c’est le retrait des dossards. On est tout de suite dans l’ambiance en pénétrant dans le village, accueilli par les voix des speakers !

Tout en retirant mon dossard, j’entends au micro l’arrivée de Nicolas Navarro, douzième aux JO sur marathon.

Quand on est passionné de course à pied, cela fait bizarre de les voir face à soi. On voit là toute l’émulation d’un championnat de France.

C’est un homme simple, sans grosse tête, qui s’entraîne énormément alors qu’il a un emploi temps professionnel à côté.

Le lendemain, l’organisation est impeccable, les sas sont clairement indiqués et je rejoins le sas France sur le devant. Cela me rappelle un départ de cross tant tout le monde est prêt à bondir.

Dès le coup de sifflet ça part à fond, bien trop vite pour un semi-marathon. J’’arrive à calmer le tempo.

L’avantage de faire un championnat de France à domicile c’est que l’on a plein de gens sur le parcours pour encourager.

Et du monde il y en avait. Beaucoup. On se serait cru sur un des grands marathons français pour l’ambiance.

Le parcours en trois boucles où l’on passe sur le Remblai est très agréable.

Comme attendu, le seul obstacle au chrono est le vent, qui ne nous a pas épargné ce dimanche.

Sympa aussi de voir les coureurs qui partent dans l’autre sens, ça fait toujours bizarre quand on croise un Yohan Durand à plus de 20 km/h !

La fin de course est dure pour moi, mais j’arrive à m’accrocher afin de maintenir le chrono sous les 1h15, en 1h14’41 officiel.

J’en suis satisfait car aux vues des conditions je ne m’attendais pas à cela.

Quel plaisir de pouvoir rester parler avec Yohan Durand à l’arrivée, quelle simplicité !

Ce sont de vrais champions qui mériteraient tellement plus de lumière médiatique.

Pour ma part, c’était ma première participation à cette historique course vendéenne.

J’en garderai des souvenirs à vie, pour l’ambiance, le parcours et les champions croisés !

 

IMG 5072 rotated

Articles connexes

Test des Saucony Guide 14

Test des Saucony Guide 14

c’est noël avant l'heure. La rédaction RunSpirit m’a envoyé une paire de Saucony Guide 14 à tester. Pour cette première expérience de testeur, je n’ai pas la...

Les 20Km de Paris en présentiel !

Les 20Km de Paris en présentiel !

Les 20Km de Paris en présentiel auront bien lieu. Les vacances d’été se terminent mais ces dernières ont été riches en préparation pour les participants aux...