Les nouvelles chaussures Hoka Kawana, à mi-chemin entre footing et fitness

par | 8 Mar 2022

Les chaussures Hoka Kawana conçu pour la pratique du running courte distance et le fitness.

Marque créée par des Français, puis assez rapidement rachetée par la Deckers Outdoor Corporation, Hoka s’est vite imposée dans le paysage du running avec ses chaussures à semelles épaisses et faible drop. Le terme « maximaliste » a d’ailleurs été inventé pour les décrire.

Test réalisé par: Julien GUYOD – images JND

Hoka ext 2

Si aujourd’hui cela est courant, dans les années 2010 cela l’était moins et allait à l’encontre du courant du minimalisme, d’où l’expression. Bref, malgré le rachat, la marque a conservé cet ADN sur tous ses modèles que ce soit en trail ou pour la route. Les Hoka Kawana testées ici viennent prendre une nouvelle place dans la gamme de la marque. Petit descriptif trouvé sur le site officiel :

  • Nouvelle mousse dynamique de semelle intermédiaire CMEVA : conçue pour apporter une sensation dynamique et réactive ».
  • Géométrie du talon SwallowTail™ : conçue pour réduire l’impact et fluidifier chaque foulée.
  • Construction anatomique pour un maintien du tendon d’Achille : conçue pour offrir un amorti maximal, quelle que soit l’activité.
  • Traction accrue grâce au talon étendu.
  • Profil de semelle incurvé sous les métas commençant vers l’arrière du pied : conçu pour une transition en douceur jusqu’à l’impulsion.
  • Mesh technique en jacquard recyclé.
  • Durabrasion Rubber.
  • Végane.

 « Du nom de la célèbre plage de la Sunshine Coast, les Kawana continuent de repousser les limites des mousses et géométries HOKA. Bien qu’elles bousculent les codes avec une nouvelle mousse dynamique qui offre un rebond prononcé sans surcharger la silhouette, ces chaussures d’entraînement accessible offrent  une foulée incroyablement équilibrée. Doté d’un matelassage de réception à géométrie SwallowTail™, le talon biseauté des Kawana offre une surface plus large et plus plate conçue pour amortir les coups de talon.
Pourquoi vous allez les adorer: Adaptable à l’infini, elles offrent  une fluidité sans pareil

 

Hoka 3

Le mesh est bien aéré et agréable, en jacquard recyclé, dans la norme de ce qui se fait aujourd’hui. Rien à signaler de spécial non plus pour la languette, qui accompagne bien le pied sans gêner et pour les lacets plats, indispensables pour ne pas avoir à les refaire constamment.

Hoka 2

La toe-box est classique elle aussi, ni trop large ni trop étroite, le pied n’est pas comprimé et les orteils peuvent bouger. La semelle de propreté peut se retirer pour y insérer une semelle orthopédique pour ceux qui en ont une (prescrite par un podologue du sport).

Hoka 5

La semelle intermédiaire, avec la technologie Cmeva offre un bon amorti. L’épaisseur de la semelle laisse peu de surprise de ce côté-là. L’ADN de la marque repose sur une bonne protection à l’impact et ce modèle ne déroge pas à la règle. Attention, celui-ci est assez ferme. J’en reparlerai plus bas. On peut noter le profil incurvé de la semelle, conçu pour faciliter l’impulsion, à la fois pour la foulée mais aussi pour les autres activités.

 

En ce qui concerne le drop qui est de 5 mm, cela peut demander de l’adaptation à certains, tant le marché actuel offre une grosse majorité de modèles entre 8 et 12 mm. Cela ne signifie pas que les chaussures soient minimalistes, juste qu’il faut être vigilant sur ce point.

Le talon est bien maintenu, le pied ne bouge pas grâce au contrefort. Une des particularités de ce modèle repose sur la construction ergonomique, visible sur la photo suivante. Cela favorise la réception talon, peut-être davantage pour les sauts que pour la foulée, les chaussures doivent permettre tout type d’activités. Cela sera également pour les talonneurs en course à pied, qui verront ici un renfort pour une meilleure transition dans la foulée. On retrouve également la construction anatomique pour maintenir le tendon d’Achille.

Hoka

La semelle extérieure est en caoutchouc et dispose de nombreuses rainures (attention aux chemins et aux cailloux qui peuvent venir dedans). Elle offre une bonne traction sur terrain sec, sur route humide c’est plus mitigé, ainsi qu’une bonne durabilité, bien que cela dépende du terrain, j’en reparlerai plus bas. On peut noter qu’elle est conçue pour supporter les mouvements multidirectionnels, indispensables pour le fitness.

 

Hoka 6 1

Test terrain des chaussures Hoka Kawana

Alors chaussure de running ou de fitness ? Souvent dans les boutiques ou en ligne, les modèles sont mélangés et pour quelqu’un qui débute, on peut facilement faire un mauvais achat. Erreur souvent faite également, je croise souvent des personnes qui courent avec leurs chaussures de fitness.

Cela peut se comprendre, investir dans plusieurs paires n’est pas forcément donné à tout le monde. Le problème est que les chaussures de fitness ont certaines caractéristiques qui peuvent mener à la blessure si on les prend pour courir.

Par exemple, elles sont beaucoup plus souples, car conçues pour aller dans tous les sens pour les sauts, la pliométrie etc…à l’inverse des chaussures de running qui elles ne sont flexibles que du talon vers l’avant du pied. On risque donc par exemple plus facilement une entorse de la cheville.

 

Hoka ext 5

Il y a également le poids. Elles sont construites avec des matériaux différents. Il faut soutenir le poids de l’athlète mais aussi éventuellement des haltères. Elles sont donc trop lourdes.

D’une manière générale, il ne faut pas mélanger les sports et avoir un modèle dédié à la pratique de chacun. D’où l’intérêt de ce modèle, qui va fortement intéresser les pratiquants de fitness ou de cross-fit ou de toute autre activité similaire qui souhaitent également courir avec.

Pour être totalement transparent, je suis un coureur et donc je ne pratique pas les sports cités plus haut. Je fais deux à trois séances de renforcement musculaire par semaine, ce qui a constitué ma part « fitness » du test. Mais je ne pourrai pas me prononcer pour un usage intensif en salle.

Pour ce que j’en ai fait, squats sautés, flexions, sauts, chaise entre autre, ces chaussures m’accompagnaient très bien. La conception de la semelle, notamment le talon, aide à la réception des sauts et l’amorti fait le reste.

Pour la suite, je vais parler de la partie course à pied, c’est bien là que je peux plus facilement comparer avec ce que je connais.

Hoka ext 4

Le poids de 284g est certainement lié à la densité de la mousse. Comme je l’ai dit plus haut, la pratique du fitness impose certaines conditions et cela ne peut se faire sans une certaine protection. Malgré cela, le poids est raisonnable et sous les 300g, il faut maintenant voir ce que cela donne en courant.

Cette densité induit une conduite peut-être plus ferme que sur d’autres Hoka. Le rebond annoncé est bien là mais sans non plus être très prononcé. D’ailleurs est-ce bien utile ? Faut-il le chercher absolument ? En-dehors des modèles carbones, dont le rebond induit une forte propulsion vers l’avant, je pense que ce n’est pas nécessaire, on ne court pas avec des ressorts.

Cette fermeté ne signifie pas qu’il n’y a pas de protection, l’amorti est bien présent. Suffisant pour pousser le kilométrage ? C’est propre à chacun. Pour une grande majorité de coureurs, il y a peu de sorties qui dépassent les 15 km. Pour ma part, en général j’ai 2 sorties d’environ 19 km par semaine, ainsi qu’une sortie longue entre 27 et 35 km (ainsi que quelques footings).

Pour les footings courts, aucun problème. Pour les sorties de 19 km  j’ai eu plus de mal avec la fermeté et le poids qui s’ajoute. Elles sont à mon sens destinées à des sorties qui ne dépassent pas les 10-15 km, que ce soit pour des séances rythmées ou pour un footing. Après bien évidemment cela dépend du poids du coureur, de la foulée etc…

 

Hoka ext 1

Quid de la stabilité ? C’est le moment de parler un peu de ce talon atypique. L’élargissement ici a été pensé pour favoriser la zone de réception pour les sauts. En course, la conséquence est une grande stabilité, surtout pour les personnes qui attaquent du talon. Plus le modèle est large, plus il y en a.

Pour les attaquants médio-pied ou avant du pied, il n’y aura pas ou peu de différences avec les autres modèles du marché. La stabilité viendra plutôt de la fermeté de la semelle. Dans mon cas, j’ai trouvé que la foulée était équilibrée, peu importe les virages ou changements de rythme.

En revanche, j’ai moins apprécié le profil de semelle incurvé. J’ai bien compris le pourquoi. A savoir favoriser à la fois l’impulsion pour les sauts mais aussi pour guider la foulée. En ce sens, les attaquants talon apprécieront ce profil.

Pour une attaque médio-pied (ce qui est mon cas), d’une part cela ne procure pas d’aide mais en plus j’ai trouvé moyennement agréable la sensation sous le pied, un peu comme si on sentait une bosse. Je l’ai plus senti dans les phases de footing, que dans les phases d’accélération, où là on est plus sur l’avant du pied. Ce qui n’enlève en rien la stabilité du produit, qui je le répète est très bonne et assurément le point fort des Kawana.

 

 

Hoka ext 3

En ce qui concerne le dynamisme des chaussures, il est plutôt bon. Que ce soit la géométrie de la semelle, la fermeté de la conduite ou encore le maintien du pied, les Kawana répondent assez bien quand on leur demande d’accélérer.

Il est limité par le poids qui se ressent. Il ne faut pas s’attendre à des chaussures qui vont venir concurrencer les modèles plus légers. Là encore, tout est question d’équilibre. Elles se doivent d’assurer un juste milieu entre protection, dynamisme et pratique du fitness, ce qui fait beaucoup de cases à cocher.

Malgré cela, il n’y aura pas de souci pour faire des séances plus rythmées, toujours sur des distances plutôt courtes. Sur des sorties tempo plus longues, comme je l’ai dit la fermeté pourra se faire ressentir et je ne pense pas qu’il faille les pousser jusque-là.

Hoka ext 9.

Pour le terrain de jeu des Kawana, je dirais route, piste et salle. Des sentiers ne poseront pas de problème, mais des cailloux pourront venir se glisser dans les rainures. Je ne les conseille pas pour des terrains plus techniques, elles n’ont de toute façon pas été conçues pour cela. Je mettrais un point de vigilance sur l’adhérence. Su route humide, j’ai eu quelques glissements.

La durée de vie est un reproche que j’ai pu lire sur certaines Hoka, mais le caoutchouc a été renforcé et donc amélioré. Peut-être en lien avec la pratique du fitness ? En tout cas, au bout du test je ne vois pas de signe d’usure prématurée, que ce soit pour la semelle ou pour le mesh.

 

Hoka ext 8

Hoka Kawana

Bilan des chaussures Hoka Kawana

Les Hoka Kawana sont un modèle ambitieux pour la marque, qui vient trouver sa place dans la gamme. Elles sont destinées aux pratiquants de fitness ou de n’importe quel autre sport en salle qui souhaitent pouvoir courir avec leurs chaussures. Elles peuvent aussi être utilisées uniquement pour le running, sur des sorties plutôt courtes, rythmées ou non. Un modèle polyvalent qui viendra satisfaire ceux qui ne veulent posséder qu’une seule paire pour divers sports !

Récapitulatif technique du produit :

Modèle : Hoka Kawana

Poids : 283g en taille 41

Drop : 5 mm

Prix : 140 €

Foulée : neutre

Semelle intermédiaire : CMEVA

Semelle extérieure : Durabrasion Rubber

Terrain : Piste, bitume, sentiers, salles de sport.

Pour quel pratiquant : adeptes de fitness, cross-fit ou autre qui souhaite garder les mêmes chaussures pour effectuer ses séances de course rythmées ou non. Chaussures qui peuvent servir aussi également à ceux qui ne souhaitent que courir, sur des distances courtes (pas plus de 10-15 km).

Pointures : du 40 au 49 1/3

Articles connexes

Test des Asics Metaspeed Sky

Test des Asics Metaspeed Sky

Dans la « course » aux chaussures les plus performantes, chaque marque rivalise d’ingéniosité pour tirer son épingle du jeu. Asics se démarque de la...