Test des Asics Metaspeed Sky

par | 9 Juin 2022

Dans la « course » aux chaussures les plus performantes, chaque marque rivalise d’ingéniosité pour tirer son épingle du jeu. Asics se démarque de la concurrence en proposant deux modèles complémentaires, l’un destiné pour ceux qui allongent la foulée en accélérant et l’autre pour ceux qui augmentent la cadence de course.

Test réalisé par: Julien GUYOD – Photos JND

ASICS TOKYO 26

Le test proposé ici concerne les Asics Metaspeed Sky. Il s’agit de la paire la plus médiatisée des deux, celle qui a battu de nombreux records. Selon la marque, elle est conçue pour les coureurs qui allongent leur foulée quand ils accélèrent, qui représenteraient une majorité de coureurs.

Sur la page des chaussures, la promesse est claire :

Les chaussures de course METASPEED™ Sky vous poussent vers un esprit sain et un nouveau record personnel. Elles sont conçues pour vous aider à aller plus vite en prolongeant votre foulée.

ASICS TOKYO 14

Les surpronateurs ont une foulée plus longue une fois qu’ils commencent à augmenter leur vitesse, mais leur cadence reste principalement constante. Grâce à une mousse de semelle intermédiaire énergique et à une plaque de carbone propulsive, les coureurs portant ces chaussures pourront conserver plus d’énergie tout en maintenant leur rythme à des étapes ultérieures de la course.

Pour la tige, le dessus, du coup de pied jusqu’à la pointe est en maille intégrée. Sans égaler le confort indescriptible des dernière Nimbus 24 que l’on a du mal à enlever, il est très agréable et très respirant. On sent la chasse aux grammes puisqu’on tend plus vers le tissu minimal. Malgré cela, le savoir-faire Asics est là et le confort est bluffant surtout si l’on réalise que l’on a une fusée sous les pieds. On peut noter les perforations, qui viennent offrir une très grande respirabilité ainsi qu’une bonne évacuation de l’humidité. Beaucoup de technicité pour un résultat abouti.

 

ASICS TOKYO 3

La languette est elle aussi très minimaliste mais confortable. Là encore, moins que sur les dernières Nimbus 24 mais bien plus que sur beaucoup de modèles. Je retrouve cette sensation qu’elle accompagne le mouvement du pied. Rien à signaler pour le laçage, très efficace et ce sans même utiliser le cran supplémentaire.

 

ASICS TOKYO 1

La toe-box laisse de l’espace au pied. Il faudra d’ailleurs être prudent à l’essayage, peut-être que des pieds fins prendront une pointure en-dessous. Le pied peut donc œuvrer efficacement sans être comprimé.

ASICS TOKYO 7

La semelle de propreté, elle, est collée et j’avoue ne pas avoir osé forcer le décollage pour vérifier si l’on pouvait y insérer une semelle orthopédique.

 

ASICS TOKYO 5

Comme sur beaucoup de modèles de la marque, la semelle intermédiaire est complexe. On retrouve la fameuse plaque en fibre de carbone pour la propulsion, ce qui la classe dans la catégorie des “super-chaussures “. Mais à mon sens, c’est davantage la mousse qui fait la réussite du modèle. Ici, c’est la mousse FlyteFoam Blast Turbo qui officie pour un résultat incroyable. L’amorti sera développé un peu plus bas. On peut noter également le profil incurvé de la semelle intermédiaire. Selon la marque, cela réduit la sollicitation des muscles, limite la pression exercée sur la cheville et améliore la foulée.

En ce qui concerne le drop qui est de 5 mm, il est un peu différent des autres modèles du marché, plus compris entre 8 et 12 mm. L’ambition est claire, ici on veut aller vite ! Il faudra être peut-être vigilant sur la transition pour certains qui ne seraient pas du tout habitués à cela.

 

 

ASICS TOKYO 4

Pour le talon, la coque maintient très bien et il n’y a pas de glissement. C’est un modèle de compétition et cela n’est pas surprenant, cela va contribuer à une très bonne stabilité, ce que je développerai plus bas. On peut également noter le col rembourré pour mieux protéger le tendon d’Achille, ce qui a également pour effet d’avoir plus de confort.

La semelle extérieure est en caoutchouc AsicsGrip qui recouvre une bonne partie de la zone d’impact, à condition d’avoir une foulée médio-pied, le talon en étant dépourvu ce qui pourrait accélérer l’usure chez les talonneurs. La traction est excellente, pour l’adhérence j’avoue qu’un test dans une période estivale de sécheresse ne m’a pas permis de juger sur route très humide. Avec une pluie légère d’été cela fonctionne très bien.

ASICS TOKYO 21

Autant ne pas y aller par quatre chemins, cela va être très compliqué de trouver des défauts à ces chaussures. Quand on tutoie la perfection, c’est la liste des qualités qui est très nombreuse.

Après quelques années de “super-chaussures”, pas besoin d’argumenter sur l’utilité ou sur la réalité du gain, il n’y a plus de débats à l’heure actuelle. On pourra juste reprocher le prix élevé, comme pour tous les modèles équivalents.

J’ai toujours du mal à croire qu’un modèle de 184g puisse offrir autant d’amorti et de protection pour pouvoir parcourir autant de distance !

En revanche, il est clair que tous ces modèles ne se valent pas et qu’il y a une hiérarchie. Voyons un peu où se situent les METASPEED SKY en comparaison de leurs rivales.

ASICS TOKYO 27

En les enfilant, c’est très difficile d’imaginer qu’on a un modèle de compétition au pied. Il paraît que la prochaine version à venir sera encore plus confortable, pourtant celle-ci l’est déjà beaucoup.

Comme je le disais plus haut, pas autant que sur les dernières NIMBUS (testées sur le site), il faut dire que c’est le summum du confort. Ces dernières avaient un mesh et une languette incroyable, on se sentait comme à la maison au coin du feu.

Sans atteindre ce degré de perfection, c’est un plaisir de les enfiler. On sent le côté minimaliste et la chasse aux grammes, il ne faut pas oublier qu’on est sous les 200g… Forcément cela implique quelques concessions.

Le savoir-faire Asics est grand pour le confort qui a été toujours un de ses points forts et on peut sans peine affronter les km avec ces METASPEED SKY avec beaucoup de plaisir. Très surprenant pour un modèle taillé pour les records, mais la case « confort » est cochée sans débat possible.

ASICS TOKYO 22

Est-ce vraiment utile de parler de dynamisme? Un modèle à 184g, avec une plaque carbone et une mousse terriblement efficace, peut-il en être autrement ? De toutes les super-chaussures que j’ai pu tester, c’est clairement celles qui invitent le plus à la vitesse. La propulsion est très forte et on est poussé vers l’avant.

A tel point qu’il est (vraiment) compliqué de faire un footing tranquille avec. A mon sens, il faut les dédier aux séances de vitesse et aux compétitions tant elles seront efficaces. On peut bien évidemment tout faire avec, mais quand on investit une telle somme autant en user avec parcimonie.

Sans surprise, les répétitions de 400 ou de 1 000 passent plus facilement et avec plus de rapidité. C’est toujours incroyable à constater mais pourtant véridique. J’ai plusieurs fois fait le test : un 400 avec puis un 400 avec d’autres etc… Le constat est implacable et vérifiable au cardio. On va plus vite et ce plus longtemps. Même principe en compétition, elles feront certainement partir plus vite que le rythme prévu. Cela pourra être un élément de méfiance sur marathon par exemple.

En même temps, l’économie d’énergie énorme permettra certainement de compenser cela. C’est pourquoi en partant au rythme prévu sans céder aux sirènes de la vitesse des SKY, le gain se chiffrera en minutes sur la distance reine. Il s’agit clairement d’un des modèles les plus dynamiques du marché.

 

ASICS TOKYO 23

Aussi incroyable que cela puisse paraître pour un modèle aussi léger, mais l’amorti est très performant. La mousse FF Blast Turbo est assez ferme mais n’est pas dure non plus. Bien que la fermeté vienne peut-être davantage de la plaque de carbone ? Au final peu importe, c’est bien l’alchimie entre les deux qui compte.

Au vu de l’épaisseur (33 mm et 28 mm) je m’attendais à un résultat beaucoup plus mou sous le pied. Cela donne un déroulé du pied très efficace et très fluide. Si l’on rajoute à cela le profil incurvé de la semelle, on retrouve la notion de dynamisme dans l’amorti. Tout est pensé pour aller vite, très vite.

Malgré cela, la protection n’est pas mise de côté pour autant. Pour ma part je me verrais sans aucun problème dépasser le marathon et j’aimerais bien l’année prochaine faire mon 100 kilomètres avec. L’absorption des chocs est très grande, pour une majorité de coureurs il n’y aura absolument aucun souci à enchaîner sereinement les kilomètres sur marathon par exemple.

Pour des coureurs plus lourds, je ne peux pas me prononcer. J’ai lu sur d’autres tests que l’amorti ne serait pas suffisant, mais je ne suis pas forcément convaincu par cela. Bien que le poids ne soit que de 184g, je pense que la protection à l’impact est suffisante pour tout le monde. Après, est-ce que tout le monde en tirera le même bénéfice ? C’est une autre question.

En ce sens c’est certain que d’autres modèles comme les légendaires NIMBUS seraient peut-être plus adaptées pour des coureurs lourds car les SKY  ne sont pas faites pour des allures lentes. Rien qu’au visuel, on peut avoir des craintes légitimes pour la stabilité de ces chaussures. C’est d’ailleurs un des points souvent reprochés à certaines super-chaussures avec leurs semelles très épaisses.

Il est vrai que j’ai pu courir avec des chaussures concurrentes qui manquaient de sécurité surtout sur les changements d’appuis. Mais il n’en est rien avec les Asics Metaspeed Sky. Comme je le disais plus haut, la semelle intermédiaire est dans l’ensemble ferme même si elle reste douce. Le rebond propulse rapidement vers l’avant, ce qui est accentué par le profil incurvé de la semelle.

Il n’y a donc pas de problème de stabilité, les chaussures ne seront pas prises en défaut sur route, on peut enchaîner sereinement les kilomètres. Sur un terrain type chemins, il n’y aura pas de souci non plus. Bien évidemment, ce ne sera pas la même histoire sur terrain technique.

 

ASICS TOKYO 19

Sans grande surprise, le terrain de prédilection des Sky est la route. Ce sont des chaussures de compétition et elles ont été conçues pour cela. Sur piste aucun problème également.

Elles s’en sortent très bien également sur chemin non technique. La très bonne stabilité ainsi que l’adhérence et la traction de la semelle leur permettent d’affronter beaucoup de terrains. Je n’ai pas vraiment pu tester sur route très humide comme je le disais plus haut.

Je ne suis pas inquiet au vu de la semelle extérieure AsicsGrip qui fonctionne très bien. Je pense qu’il n’y aura pas de problème particulier même sous forte pluie. Attention ce ne sont pas des chaussures de trail non plus. Sur terrain boueux ou escarpé elles n’ont pas la protection adéquate ni l’accroche. Quand on investit une telle somme dans ses chaussures c’est bien évidemment pour les utiliser là où elles sont performantes, ce serait donc dommage de précipiter leur usure.

En tout cas elles s’en sortent étonnamment bien sur d’autres terrains, c’est très impressionnant pour des chaussures aussi légères. Elles doivent cependant être dédiées à la route. Je ne l’ai pas assez signalé dans le test jusqu’à présent, mais quel plaisir de courir avec ! C’est peut-être ce qui est le plus “choquant” avec ces super-chaussures. Au-delà de la performance, c’est tellement agréable de courir avec, on se sent sur un nuage. Et elles rendent l’effort tellement facile qu’on a envie de courir avec sans s’arrêter.

En compétition, comme je le disais, inutile d’insister sur le gain, il n’y a plus de débat là-dessus. Même si bien évidemment il est variable suivant les coureurs, la foulée, l’économie de course, la vitesse etc… En tout cas, il y a aura un gain très net sur vos records. Le modèle est pour foulée neutre, cela signifie qu’il n’y a pas de correction apportée à la foulée. Peu importe l’attaque du pied, talon ou médio-pied, cela conviendra à tout le monde. Malgré cela, le profil incurvé et la nature même de ces chaussures favorisent une attaque du pied vers l’avant.

En ce qui concerne les différences avec les Metaspeed Edge, je ne peux (pour l’instant) pas me prononcer. C’est certain que l’on se sent tellement projeté vers l’avant que l’on a une tendance à allonger la foulée. Je suis curieux de voir ce que cela peut donner avec les Edge.

 

ASICS TOKYO 28

ASICS TOKYO 9

Dans la course aux super-chaussures, Asics vient clairement se positionner en haut. Difficile de départager tous ces modèles qui tendent vers la perfection, mais les Asics Metaspeed Sky sont certainement parmi les meilleures, peut-être même les meilleures.

C’est le modèle ultime pour casser les chronos sur toute distance, bien évidemment davantage sur marathon. Il est adapté pour tous les coureurs, même si plus on va vite plus le bénéfice sera grand.

Peut-être que pour un coureur lourd le modèle sera trop léger pour des distances longues et qu’il vaudra mieux se tourner vers des Nimbus par exemple. Sinon vous pouvez foncer les yeux fermés, vous pourrez pulvériser vos records avec un plaisir de course dur à décrire !

Récapitulatif technique du produit :

Modèle : Asics Metaspeed Sky

Poids : 184g en taille 41,5

Drop : 5 mm

Prix : 250 €

Foulée : neutre

Coloris : blanc/rouge, orange/noir, rouge/noir

Semelle intermédiaire : FF Blast Turbo, plaque en fibre de carbone

Semelle extérieure : AsicsGrip

Terrain : Piste et bitume

Pour quel pratiquant : compétition toutes distances

Pointures : du 39 au 48

Articles connexes