Test des Brooks Hyperion Elite 2, encore plus performantes ?

par | 30 Août 2021

Brooks Hyperion Elite2

La Brooks Hyperion Elite 2 dans la course à la performance.

La marque Brooks avait pris un peu de retard en proposant après les autres une première version d’un modèle à plaque carbone : les Brooks Hyperion Elite. Ce modèle était très peu disponible, un peu comme un prototype et a très vite été remplacé par cette deuxième version.

Test réalisé par: Julien GUYOD – Photos JNB

Brooks Hyperion Elite2

La Brooks Hyperion Elite est totalement différente, avec notamment le DNA Flash, que je vais présenter plus bas, qui était déjà présent sur les Hyperion Tempo déjà testées sur le site. C’est certainement cette deuxième version qui était voulue à l’origine. Petit tour d’horizon de ses caractéristiques :

  • Ultra-légère, retour d’énergie maximal

« Notre semelle intermédiaire DNA FLASH avec de l’azote infusé assure un équilibre parfait entre légèreté, retour d’énergie maximal et durabilité pour prendre de la vitesse. Il conserve ses fonctions d’amorti et de réactivité de 300 à 600 kilomètres, tout comme des chaussures habituelles.»

Brooks Hyperion Elite2

Brooks Hyperion Elite 2, économisez votre énergie

« Une semelle intermédiaire relativement large et notre plaque de propulsion en fibre de carbone unique permettent aux runners d’avoir une foulée stable, garantissant une économie d’énergie. Le résultat : aller plus vite, plus longtemps, l’épaisseur a été augmentée de 2 mm pour un meilleur amorti

  • Des transitions rapides

« Notre technologie Rapid Roll — avec sa forme incurvée au niveau du talon et des orteils, la semelle intermédiaire — associée à la plaque en fibre de carbone te propulse vers l’avant rapidement sans effort. »

 

Brooks Hyperion Elite2
  • Tige légère et respirante

 « La tige tissée stretch et ultralégère épouse le pied pour un maintien ajusté.»

 

Brooks Hyperion Elite2

Promesse de la marque sur ce modèle :

« Prêt(e) pour la course ? Les Hyperion Elite 2 ultralégère sont des chaussures les plus rapides qui te permettent de conserver ta foulée, et ainsi de courir plus vite, plus longtemps.»

Maintenant voyons si la promesse est tenue. Pour commencer, petit tour d’horizon des premières impressions

Le mesh est très aéré, fin et tient bien le pied. Tout a été pensé pour la performance, ce qui va être le maître mot de ce test. C’est le même que sur les élite 1 et il est très similaire à celui des Brooks Hyperion tempo. On retrouve les mêmes perforations sur le devant pour l’aération. Il n’y a pas de couture venant gêner le pied et les chaussures sont très confortables. C’est le jour et la nuit avec les anciens modèles de compétition d’il y a 10 ans qui étaient souvent trop serrés.

Brooks Hyperion Elite2

La languette et le laçage sont dans le même esprit que le reste des chaussures, fine pour la première et les lacets tiennent bien, à condition bien évidemment de faire les nœuds correctement.

Brooks Hyperion Elite2

Sur la version Tempo, il y avait un élargissement voire un allongement de la toe-box.  Je ne le retrouve pas sur les Elite qui sont classiques à ce niveau. Ni trop large, ni trop serré, pas trop long, le pied est bien en place, prêt à attaquer. J’ai le pied large et je ne me sens pas serré. Peut-être que des pieds fins auront plus d’espace. Malgré cela, il n’y aura pas de souci de stabilité car avec le laçage et le talon cela va bien tenir en place.

Brooks Hyperion Elite2

La semelle de propreté, est collée au niveau du talon et j’avoue ne pas avoir osé forcer le décollage pour vérifier si l’on pouvait y insérer une semelle orthopédique.

La semelle intermédiaire, avec le DNA Flash est mélangé avec des cellules d’azote et au milieu bien évidemment la plaque carbone. Celle-ci vient apporter un peu plus de fermeté que sur les Tempo mais l’amorti reste confortable. Cela rend les Elite plus dynamiques que sa version d’entraînement, pour laquelle il y avait déjà beaucoup de répondant. J’en reparlerai plus bas.

Brooks Hyperion Elite2

En ce qui concerne le drop qui est de 8 mm, on est dans la fourchette habituelle pour ces modèles à plaque carbone, pas de surprise à ce niveau. Un drop plus élevé ne serait pas dans l’esprit des chaussures, mais cela reste accessible au plus grand nombre.

Brooks Hyperion Elite2

Le talon est bien maintenu, le pied ne bouge pas grâce au contrefort présent. Avec la technologie Rapid Roll, le talon est incurvé (idem au niveau des orteils).

 

Brooks Hyperion Elite2

On le voit bien avec la photo ci-dessous, cela encourage fortement à attaquer médio-pied voire avant-pied, ce qui pousse vers plus de dynamisme.

Brooks Hyperion Elite2

La semelle extérieure est en caoutchouc renforcé. Pour être honnête, dès le déballage je n’ai pas pu résister et je suis partir courir. En prenant les photos le soir, on peut déjà voir les traces du bitume dessus. Au fil des kilomètres, cela ne bouge pas pour autant c’est un caoutchouc robuste.

Les points d’impact laissent transparaître la volonté de pousser vers le médio-pied là encore. En ce qui concerne l’adhérence et la traction, elles sont très bonnes. Les conditions météorologiques du test ne m’ont pas permis de juger de ce que cela donne avec un sol humide.

Brooks Hyperion Elite2

Sur le terrain avec les Brooks Hyperion Elite 2

Comme je l’ai déjà dit plus haut, j’ai déjà testé les Brooks Hyperion Tempo. Pour simplifier, la marque a pensé ces deux modèles comme complémentaires. Les Tempo pour préparer à la compétition et les Elite pour les séances clés et le jour J. J’étais déjà très enthousiaste pour les Tempo, alors les Elite 2…

Si ces chaussures sont pensées pour la compétition, il faut donc accepter qu’elles servent peu.  Au vu du prix, 250 euros c’est un investissement pour plusieurs compétitions. Je vais parler du prix dès maintenant et brièvement, car j’en reparlerai plus tard dans un autre article dédié au fait d’avoir plusieurs paires ou non.

Elles sont chères, mais pas plus que les modèles équivalents sur le marché. Je ne vais pas argumenter sur le fait de les acheter ou non, chacun se fera sa propre opinion, je vais me focaliser sur les performances.

Brooks Hyperion Elite2

Pour cela il faut être clair, nous sommes sur une révolution qui aujourd’hui n’est plus discutable. Avec les premières paires, il y avait débat sur le gain réel. Très vite, les courses sur route qui ont suivi ont clarifié les choses. L’arrêt des courses dû à la pandémie a cependant retardé l’accumulation de données statistiques.

Ce qui a arrêté le débat, c’est la portée de ces technologies sur les pointes de piste. Au vu du nombre d’athlètes qui ont amélioré leurs performances et de tous ces records battus, on ne peut plus nier le gain apporté.  

 

Brooks Hyperion Elite2

Concernant l’amorti, soit il y a plus de DNA Flash que sur les Tempo, ou alors peut-être est-ce la plaque carbone qui donne cette sensation. Je trouve qu’il y a plus d’amorti, suffisamment pour rassurer tout type d’acheteur. Je ne vois pas de restriction particulière pour son utilisation, on peut l’emmener sur n’importe quelle distance et ce quel que soit le profil physique.

C’est paradoxal, l’amorti est plus ferme que sur la version d’entraînement.  On sent qu’il y en a plus quand on allonge la distance, ce qui est incroyable. J’ai la sensation de pouvoir courir plusieurs heures et ce n’est pas une exagération, mais la réalité. Le DNA Flash permet cette prouesse, gagner en légèreté sans sacrifier l’amorti qui est très performant.

Les chaussures sont très confortables et on peut les utiliser sur tout type de séance allant du footing de récupération à la sortie longue, piste, compétition etc… Comme déjà évoqué, au vu du prix elles doivent être dédiées à la performance. En plus, Sur un footing, ce sera compliqué de résister à l’invitation de vitesse et cela peut conduire à aller trop vite. L’amorti permet de faire ce que l’on souhaite avec ces chaussures.

Brooks Hyperion Elite2

Dynamisme ? Est-ce bien utile de préciser qu’il est excellent ? C’est une paire de chaussures qui pousse à adopter un rythme supérieur à celui prévu. On pourrait penser qu’on le paye en fin de course.

Il ne faut pas attendre non plus des miracles, on ne va pas aller concurrencer les sprinteurs sur des 100-200. Sur des sprints courts, le gain est minime.  Elles ne vont pas améliorer la vitesse de pointe. Sur une répétition de 200 ou 300 ou 400, elles vont permettre de maintenir les allures avec plus de facilité car cela va demander moins d’efforts.

L’effet rebond est assez prononcé, plus que sur les Tempo, sûrement grâce à la plaque de carbone. C’est un rebond efficace, pas du genre ressort qui pousserait vers le haut inutilement, mais qui propulse vers l’avant. Sur des allures basses il se sent moins. C’est lorsqu’on accélère qu’il se ressent pleinement. Plus on va vite, plus on est projeté vers l’avant. Les coureurs qui ont du pied vont en tirer un avantage plus fort. Les autres ne sont pas exclus pour autant et vont pouvoir bénéficier du principal avantage.

Brooks Hyperion Elite2

L’ÉCONOMIE D’ÉNERGIE ! Toute la magie repose là-dessus. Elles incitent à partir plus vite, mais en plus elles demandent moins d’énergie pour le faire. Plus la distance s’allonge, plus l’économie est grande. Je vous laisse imaginer sur un marathon…

L’envolée des chronos vient principalement de là. On finit beaucoup plus fort si on a été raisonnable sur la première partie de course. Si on est parti trop vite on explose nettement moins et on arrive à maintenir une vitesse peut-être moins élevée mais qui permet de limiter la casse.

Sommes-nous tous à égalité sur le gain apporté ? S’il est indéniable que l’on va en tirer avantage, il va y avoir quelques disparités suivant les coureurs. Pour deux coureurs ayant une même VMA, on sait déjà qu’il va y avoir des variations sur les chronos, suivant l’indice d’endurance ou suivant la technique de course. Ici, les différences vont venir de la foulée.

Ceux qui ont une technique irréprochable, qui l’ont améliorée à l’extrême avec des gammes par exemple, vont bénéficier d’un avantage. Elle va les pousser plus vite, mais ils auront moins de bénéfices sur l’économie d’énergie. C’est logique car ils avaient déjà une foulée économe.

Ceux qui ont des défauts vont avoir un gain énorme car les chaussures leur permettent non pas de les corriger, mais de dépenser moins d’énergie dans l’effort.  Cette même énergie gaspillée qui fait des ravages sur les fins de course. Sur un marathon, par exemple, cela va retarder voire même annuler le fameux mur.

C’est un peu comme lorsque les combinaisons en natation sont apparues. Non seulement les records sont vite tombés, mais on s’est aperçu que ceux qui en tiraient le plus avantage étaient les nageurs avec une moins bonne technique, cela leur permettait de mieux flotter.

Brooks Hyperion Elite2

L’économie se joue aussi sur la fatigue musculaire. Pour ma part, j’ai toujours une casse musculaire qui survient vers le km 35 environ, au niveau des cuisses. Ce n’est plus le cas avec ces chaussures.

La preuve de cela est assez facile à fournir. Après un effort violent, que ce soit lors d’une séance ou d’une compétition, on ne ressent pas de trace dans les jambes le lendemain, un peu comme si l’on n’avait pas couru.

Les avantages sont énormes. Pendant les compétitions mais aussi pour l’entraînement ! Imaginons le cas des athlètes pros qui peuvent du coup enchaîner nettement plus de séances difficiles, augmenter le kilométrage etc… Le sportif amateur qui a le budget pour ne courir qu’avec ce modèle pourra en tirer les mêmes bénéfices.

A ce stade, cela pose des questions sur l’équité entre les coureurs, un peu comme dans le vélo,   entre ceux qui disposent du meilleur équipement et les autres. Même si certains cherchent à minimiser l’ampleur du gain, en montrant l’exemple d’un coureur qui gagne un 5000m en CROCS, cela ne prouve rien. Le coureur aurait été nettement plus vite avec une paire carbone.

Concernant la stabilité, la plaque de carbone vient ajouter de la fermeté au DNA Flash et permet d’avoir de très bons appuis, dur de la prendre en défaut, même dans les virages. Vu l’épaisseur de la semelle, on aurait pu attendre un point faible de ce côté là, mais il n’en est rien. A noter qu’il n’y a pas de technologie pour corriger la foulée, c’est un modèle pour foulée neutre.

Le terrain de jeu est clairement la route, ou la piste. On peut très bien aller courir sur des chemins ou d’autres terrains, mais la semelle n’a pas été conçue pour cela. Au vu de l’investissement, je ne sais pas s’il est judicieux de l’utiliser sur ce genre de surface, cela pourrait raccourcir sa durée de vie.

La marque annonce entre 300 et 600 km. Ce qui est plus que beaucoup de ses concurrentes. Il faut se rappeler que les anciens modèles dédiés à la compétition (type racing flats) avaient une durée de vie courte. C’était le genre de paire que l’on achetait pour le jour J. Il en va de même pour celle-ci. Pour l’instant, je n’ai rien vu qui ne permette de réfuter la durée de vie annoncée.

La semelle, bien que minimaliste, ne montre pas d’usure prématurée. Pour être honnête, je ne l’ai pas beaucoup utilisé sur des terrains accidentés, principalement sur route ou piste. Ce qui permet je pense d’allonger cette durée de vie.

Pour terminer, je vais aborder le seul point de vigilance qu’il y a. Le nom donné à ces chaussures pourrait suggérer qu’elles s’adressent aux coureurs élites. Avec ce que j’ai dit plus haut, je pense que ce n’est pas le cas même si je le répète tout le monde n’en tirera pas avantage de la même façon. 

Cependant tout dans ces chaussures incite clairement à une attaque médio-pied, jusque dans la forme incurvée du talon. Ces chaussures pourraient donc contraindre les talonneurs purs à modifier leur foulée, ce qui est un paramètre à prendre en compte.

Brooks Hyperion Elite2

Bilan

Sans surprise, les Hyperion élite 2 tiennent toutes ses promesses. Il s’agit de ma première paire de ce type, et j’avais beau savoir plein de choses dessus, rien ne vaut l’expérience du terrain. Dès les premières foulées, le sentiment de courir d’une façon nouvelle est indescriptible, il faut le pratiquer pour comprendre.

Hormis le prix et pour les talonneurs, il n’y a pas de restriction sur ce modèle. On peut l’amener sur toute distance. Le test aurait pu se résumer à :

« Avec les Brooks Hypérion Elite2, vous allez avoir un gain sur vos chronos qui va se chiffrer en minutes.»

Un tel argument n’est pas mensonger, on ne peut juste pas chiffrer le gain exactement, cela va dépendre des foulées.

Si vous franchissez le pas de l’investissement, vous ne serez pas déçus tant le plaisir de course est unique. Avec les Brooks Hyperion Elite 2 vos records vont tomber très rapidement ! Une innovation réelle, ce sera compliqué de faire sans à l’avenir !

 

Caractéristiques des Brooks Hyperion Elite2

  • Foulée : neutre
  • Largeur D : medium
  • Drop : 8 mm
  • Poids : 200 g en taille 41
  • Prix: 250€ sur le site Brooks

Articles connexes

Test des Saucony Guide 14

Test des Saucony Guide 14

c’est noël avant l'heure. La rédaction RunSpirit m’a envoyé une paire de Saucony Guide 14 à tester. Pour cette première expérience de testeur, je n’ai pas la...

Les 20Km de Paris en présentiel !

Les 20Km de Paris en présentiel !

Les 20Km de Paris en présentiel auront bien lieu. Les vacances d’été se terminent mais ces dernières ont été riches en préparation pour les participants aux...